Paresia

On ne peut voir qu'on ne voit pas ce qu'on ne voit pas..

François Rastier 29 mai 2012

.

.

Publicités
 

8 Responses to “François Rastier”

  1. Mézigue Says:

    De François Rastier, il faut lire son texte sur George Steiner (1). Pas seulement pour sa valeur intrinsèque mais parce qu’il permet de comprendre pourquoi l’auteur de « Le Transport d’A.H » a eu tant de succès dans les milieux de la nouvelle droite et en particulier chez un petit littérateur d’extrême-droite (auteur d’un odieux texte sur François Rastier).

    Face à ces grossières et odieuses manipulations idéologiques (et face à la naïveté d’un Steiner …), il faut lire ou relire constamment Primo Lévi, Robert Antelme et l’extraordinaire Jean Améry.

    (1) http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Apres-culture.html

  2. houcine bouslahi Says:

    prière de me donner l’adresse mail de François Rastier

  3. Mezigue Says:

    Pour ceux qui voudraient découvrir François Rastier sous un aspect moins abstrait qu’il apparaît dans ses livres, je conseille ce très passionnant entretien qui fait le point sur un sujet fort débattu : les sciences dites cognitives
    http://labyrinthe.revues.org/749?&id=749&file=1

  4. Mezigue Says:

    Un excellent compte-rendu du livre de François Rastier « Sémantique et recherches cognitives, PUF, 1991 :
    http://intellectica.org/SiteArchives/archives/n13_14/13_15_Godart.pdf

  5. Mézigue Says:

    Extrait d’un article de François Rastier paru en 2009 mais toujours d’actualité, même pour la France.

    « La critique politique du nazisme a essentiellement été le fait des
    partis communistes, du moins avant la ligne classe contre classe de la fin des années vingt, et après la rupture du pacte germano-soviétique. Elle a coloré l’interprétation résistantialiste de la seconde guerre mondiale.

    S’il est entendu que le nazisme est d’extrême-droite, cette caractérisation, sans être fausse, ne rend pas compte de l’aspect séducteur de son discours révolutionnaire. La notion de totalitarisme n’est guère plus éclairante : elle attira l’attention sur l’émulation et les emprunts entre le fascisme italien, le nazisme et le socialisme stalinien, mais elle dissuada de saisir leurs différences. L’essor partout en Europe de « populismes » violemment xénophobes, l’émergence des mouvements rouges-bruns en Allemagne, la convergence des néo-communistes ultranationalistes et des
    néonazis en Russie méritent pourtant une grande attention aujourd’hui.

    Il reste peu utile de discuter académiquement leurs thèses, car le
    nazisme et les autres théologies politiques ne sont pas des corps doctrinaux, mais bien des croyances qui s’appuient sur un substrat religieux sans être pour autant des religions sécularisées »

    SOURCE : http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=LABY_033_0071&DocId=87439&Index=%2Fcairn2Idx%2Fcairn&TypeID=226&BAL=anjvwXdKBWiwg&HitCount=2&hits=2c97+2c96+0&fileext=html#hit1


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s