Paresia

On ne peut voir qu'on ne voit pas ce qu'on ne voit pas..

Passerelles.. 14 novembre 2011

Filed under: Bibliothèque — paresia @ 02:21

Liens proposés par « Mézigue » :

http://jeanjadin.blogspot.com/2011/11/note-dopinion-la-parrhesia.html

***

Promenades philosophiques

***

http://les-livres-de-philosophie.blogspot.com/
Consulter l’impressionnante liste de liens

***

http://nouvelles-philosophiques.blogspot.com/2010/10/nouveau-n-de-la-revue-en-ligne-klesis.html
idem

***

http://www.revue-klesis.org/numeros.html#d19
A noter tous les numéros en accès gratuit.

***

Pascal Engel met à disposition (gratuite) une grande partie de ses textes dispersés dans diverses publications,  ici (Cliquer sur un élément de la liste pour avoir le détail) :

http://www.unige.ch/lettres/philo/enseignants/pe/onlinepapers.html

On notera au passage ses conseils aux étudiants…

Publicités
 

10 Responses to “Passerelles..”

  1. paresia Says:

    Merci Mézigue 😉

    • Mézigue Says:

      Ce n’est pas mon moindre défaut : je m’enthousiasme encore assez facilement …

      Le blog que j’avais indiqué ci-dessus avait emporté mon adhésion car il m’avait semblé, dans un premier temps, que son auteur avait une assez grande largeur d’esprit et que celle-ci le conduisait à faire des notes de lecture honnêtes même à propos de livres qui ne lui avaient pas plu ou qui étaient en opposition franche avec ses opinions.

      J’avoue m’être trompé.

      La lecture d’un compte-rendu du livre de Stefan Zweig sur Montaigne (livre relu pour l’occasion) m’a plus que refroidi. L’auteur du blog étant une sorte d’idolâtre de Montaigne, il n’a pas supporté, semble-t-il, que le grand viennois ose écrire quelques pourtant pertinentes remarques sur l’ancien Maire de Bordeaux. Au passage on apprend que l’auteur du blog ne comprend pas toute la complexité et « l’intimité » de l’acte du suicide puisqu’il se permet apparemment d’en juger d’une façon tranchée (Dogmatique catholique ?).

      Si on peut lui pardonner d’avoir une faible connaissance de Zweig au point de le méjuger, il est plus difficile de lui pardonner la faiblesse d’une autre fiche de lecture. Cette fois à propos d’un livre de Roger Pouivet dont on finit par se demander, à le lire, si il a réellement lu le livre sur lequel il écrit ou s’il l’a seulement feuilleté :
      http://jeanjadin.blogspot.com/2009/06/note-de-lecture-roger-pouivet.html
      Par comparaison, on lira celle-ci qui, pas tellement plus longue que l’autre, fait un descriptif beaucoup plus clair et honnête du livre :
      http://francoisloth.wordpress.com/2008/10/30/entracte-kit-de-survie/

      PS : Je sais que l’on pourrait me reprocher de porter la contradiction à l’auteur de ce blog de bien loin. La vérité est que j’avais commencé à lui répondre ici :
      http://jeanjadin.blogspot.com/2011/11/note-dopinion-la-parrhesia.html

      On en jugera. On jugera si l’auteur du blog évite ou non le débat. On jugera s’il cherche la « vérité » en commun ou si il croit la détenir ex-cathédra et donc menace de censure celui qui l’a lui dirait trop crûment ou avec un vocabulaire que sa préciosité repousse.

      Mais, au-delà de ce désaccord, me semble importante la question de savoir si la « vérité » y gagne ou non de la profusion d’opinions (via les blogs) sur internet.

      • Jean Jadin Says:

        Je vous suis reconnaissant de m’avoir fait découvrir le billet que François Loth a consacré au livre « Philosophie contemporaine » de Roger Pouivet. De même que pour m’avoir informé de vos désaccords, même si vous les argumentez assez peu. Il importe peu que je sois faible en ceci ou en cela, mais il est néanmoins utile que je précise – car cela est de méthode – que je ne me permets jamais d’évoquer un livre que je n’ai pas lu entièrement au moins une fois, pas plus que je n’imagine un instant détenir la vérité. Ce qui n’enlève rien à l’intérêt de se faire sans cesse rappeler – comme vous le faites – qu’il faut se mettre en doute.
        Votre reproche de censure, je le ressens – en raison de vos répétitions – comme un truc dont vous usez pour douter de mon goût du débat, sachant que j’y suis précisément attaché. J’y trouve une raison d’y admirer votre habileté, non de céder quant à mon attachement au respect réciproque que se doivent les débatteurs. Mais, qui sait si là aussi je ne me trompe pas ?

  2. Mézigue Says:

    En toute exactitude, ce n’est pas moi qui vous ait fait découvrir le billet de François Loth mais l’auteur lui-même … en commentaire SUR VOTRE PROPRE BLOG.

    De ne pas plus « argumenter » sur nos désaccords vient principalement d’un manque de temps. En effet, je crois qu’il y faudrait, si cela devait être fait de façon sérieuse, une longue discussion pour en défaire le fil. Ce n’est en tous cas pas par mépris, lâcheté ou quelques mauvaises raisons, croyez-le bien !

    Je n’ai aucune raison de croire que vous seriez un menteur en me réaffirmant ici que vous avez lu le livre de Roger Pouivet (je ne faisais que suggérer une telle hypothèse). La question est surtout de savoir ce que VOUS, vous y avez lu. Or à lire le compte-rendu que vous en avez fait, on est en droit de se demander si vous l’avez lu avec toute l’attention nécessaire car vous avancez contre l’auteur des arguments auxquels il a DEJA répondu dans le corps du texte. C’est principalement cela que je suggérais.

    Je vous rappelle que c’est vous le premier qui avez parlé de (la possibilité d’une) censure (sur votre blog). J’ai simplement voulu vous mettre face à vos contradictions sur ce sujet et donc vous amener à y réfléchir. Si c’est le cas (la réponse est oui me semble-t-il), j’en suis ravi pour vous.

    Je termine en vous disant que j’apprécie beaucoup que, contrairement à ce qu’une majorité d’internautes aurait certainement fait, vous ne vous soyez pas réfugié dans la « citadelle » de votre blog – et donc que vous ayez eu le courage de venir vous exprimer ICI.

    Pour reprendre la célèbre distinction de Wittgenstein vous ne vous êtes pas contenter de DIRE que vous êtes pour le débat (Ce que tout le monde affirme …) , vous l’avez MONTRE.

    Et ce n’est pas rien.

    • Jean Jadin Says:

      Oui, François Loth m’avait lui-même invité à lire son billet, sans m’adresser les reproches qui sont les vôtres. J’ai donc cru que vous pensiez me le faire découvrir et j’ai dit « avoir fait découvrir » là où j’aurais dû effectivement écrire « avoir voulu faire découvrir ».
      Je ne vois pas que, dans son livre, Roger Pouivet ait répondu à l’objection relative à la place qu’il accorde à la logique ou au sens commun. Il me semble que la philosophie s’appauvrit lorsqu’elle se focalise sur des oppositions qui, déjà dans le passé, ont conduit les positivistes à l’impasse. Ce n’est pas la logique – et moins encore le sens commun – qui permet de répondre à des questions du genre « Qu’est-ce que l’homme ? » Et la barrière dressée entre la philosophie analytique et la philosophie continentale nuit, je crois, à la lucidité du questionnement. Mais, j’en conviens volontiers, je puis me tromper. Élisabeth de Fontenay, qui accorde également une grande importance à la division entre la philosophie analytique et la philosophie continentale, ne manque pas de largeur de questionnement. Il est vrai qu’elle s’empresse de jeter des ponts entre les courants d’une façon qui mériterait d’être étudiée de près. Si j’en ai le loisir un jour, peut-être…
      Vous évoquez beaucoup ce que je suis, ou ce que je serais. C’est sans importance. Les idées seules, dans ce qu’elles ont d’étranger à ce que nous sommes (et sachant évidemment qu’elles ne sont jamais étrangères à ce que nous sommes) présentent de l’intérêt. C’est cela qui peut être appelé l’intérêt désintéressé.

  3. Mézigue Says:

    A part vous conseiller d’étudier un peu Wittgenstein – ce qui vous permettrait (peut-être) de mieux comprendre les deux dernières phrases de mon commentaire précédent – j’avoue ne pas bien savoir quoi vous répondre si ce n’est vous poser une question ; Vous êtes-vous relu ?

  4. Mézigue Says:

    Je signale* un blog assez agréable** :

    http://promphilo.blogspot.com/search?updated-min=2011-01-01T00:00:00%2B01:00&updated-max=2012-01-01T00:00:00%2B01:00&max-results=50

    *Peut-être serait-il judicieux de renommer ce fil passerelleS (au pluriel) et d’ajouter, au fur et à mesure, les sites ou blogs découverts sur la Toile ?

    **Et d’un niveau intellectuel supérieur à celui signalé précédemment.

  5. Mézigue Says:

    Pour information ma dernière découverte :
    Deux extraordinaires articles (à ne pas « louper » !) de Charles Sanders Peirce « Comment se fixe la croyance » et « Comment rendre nos idées claires » téléchargeables ici :
    http://www.balat.fr/Comment-se-fixe-la-croyance-et.html


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s