Paresia

On ne peut voir qu'on ne voit pas ce qu'on ne voit pas..

Franck Lepage : les retraites 20 octobre 2010

Extrait du spectacle Inculture(s) 5.

.

.

.

Au passage Inculture(s) 2 est visible depuis quelques temps sous Le  Pavé.

Publicités
 

8 Responses to “Franck Lepage : les retraites”

  1. Mezigue Says:

    Ce spectacle n’est pas déplaisant mais on reste sur sa faim car de nombreuses questions surgissent à propos de ce thème des retraites. Notamment celle de savoir dans quelle mesure l’hypothèse d’une productivité régulière sera toujours plausible. Plausibilité que l’on peut mettre en doute d’une part pour des raisons écologiques et d’autre part du fait qu’il n’est pas absolument évident que la place de la France, dans le rang des nations les plus riches du monde, reste à long terme ce qu’elle est aujourd’hui.

    Plus important encore, on peut aussi s’interroger sur les valeurs propres à ce productivisme et ce quantitativisme que ces critiques « de gauche » PARTAGENT avec le capitalisme.

    • paresia Says:

      Ceci n’est qu’un extrait du spectacle « Inculture(s) 5 » consacré au travail (diffusé récemment sur la toile, probablement en raison de l’actualité politique), qui approfondit probablement ces questions.

      La démarche de Franck Lepage est originale, je vous conseille particulièrement le premier spectacle de la série, qui aborde la question de la culture par le biais de l’éducation populaire.

  2. Mezigue Says:

    Très bon spectacle, je vous remercie de nous l’avoir indiqué. A propos de Camus, auteur injustement méprisé par les certains pontifiants de la philosophie, je vous signale que son oeuvre étant récemment tombée dans le domaine public sous la Loi canadienne (50 ans) – alors qu’il faudra attendre encore vingt ans en France ! -, elle est intégralement disponible ici :
    http://classiques.uqac.ca/classiques/camus_albert/camus_albert.htm

    Pour revenir à Franck Lepage, ses aventures potagères sont amusantes (j’ai bien ri). On pense ici à Bouvard et Pécuchet … Mais cette illustration métaphorique ,de ce qu’il veut faire passer comme idées, n’est pas en soi le plus important.

    Sur ces idées, justement, j’avoue avoir du mal à comprendre ce qu’elles sont et surtout quelle cohérence elles ont. Il dénonce les méfaits du capitalisme en insistant particulièrement sur la capacité de ce dernier à avoir, par le biais d’une nouvelle langue de bois, récupéré le spectacle de la culture.

    C’est incontestablement vrai. Mais ne s’en tenir qu’à cette dénonciation, bien qu’elle soit effectivement nécessaire, me semble un peu court.

    Malgré qu’il le dénie à plusieurs reprises, je pense qu’il n’échappe pas à une certaine forme de « discours populiste » qui plaît beaucoup aux publics naturels de l’extrême-gauche … comme de l’extrême-droite.

    Et le premier commentaire, qui suit l’indication de ce spectacle sur votre site, vient le confirmer.

    • paresia Says:

      Ce commentaire n’en est pas un, c’est une « fonction » de wordpress qui crée automatiquement un lien sortant sous un article visé par un lien entrant. Quand j’ai posté l’article sur Renaud Camus ce « commentaire » s’est donc crée tout seul.

      Sinon je suis globalement d’accord avec vous, Lepage pose de bonnes questions mais n’y répond pas vraiment.

      Albert Camus fait partie des auteurs qui me sont précieux. Entre La Chute et L’homme révolté ma curiosité philosophique a fait un bond en avant.. Merci pour le lien.

      • Mezigue Says:

        Je ne connaissais par cette « fonction ». Voulez-vous dire que le rapprochement qui est fait entre Franck Lepage et Renaud Camus est le résultat de cette « fonction » ?

        Sinon qu’en pensez-vous ?

      • paresia Says:

        Le premier message sous l’article concernant le spectacle de Lepage est automatique. Par contre j’ai moi-même suggéré un rapprochement avec Lepage dans l’article sur Renaud Camus. Je répondrais sur ce point à votre commentaire de l’article en question.

  3. léo Says:

    Pas directement en lien avec ce spectacle, je conseille tout de même à chacun le spectacle Inculture(s) 2, sur l’éducation, et donc l’école, et aussi le parapente… Si, d’après les extraits présents ici, la réflexion sur les retraites est distrayante et intéressante, mais pas tout à fait probante, la réflexion proposée sur l’école, ses principes et ses techniques vaut le détour. Et puis c’est très drôle, surtout quand on a quelques souvenirs de l’école…
    J’ai le spectacle en vidéo, mais il est en 17 séquences de 6 minutes, ou quelque chose comme ça…
    Enfin, si ça peut être utile…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s