Paresia

On ne peut voir qu'on ne voit pas ce qu'on ne voit pas..

Peggy Lee and George Shearing – Beauty and the beat (1959) 31 mai 2010

.

(more…)

 

Jean-Claude Michéa et Philippe Raynaud chez Alain Finkielkraut 28 mai 2010

La civilisation libérale (Répliques, 2007)

.

.

Voir aussi : conférence de Michéa à l’Université Populaire Montpellier Méditerranée.

 

Orwell par Olivier François 26 mai 2010

.

Conférence d’Olivier François sur le parcours politique d’Orwell au Camp Maxime Real del Sarte en 2009 (université d’été royaliste).

(more…)

 

Pierre Desproges – Chroniques de la haine ordinaire (1986)

« Les non-handicapés »

.

(more…)

 

Jacques Ellul : le Système technicien 25 mai 2010

.

(more…)

 

Deleuze, la révolution, les droits de l’homme, la gauche

Extrait de l’abécédaire.

.

(more…)

 

Foucault et l’engagement intellectuel 24 mai 2010

.

« Les discussions sur des sujets politiques sont parasitées par le modèle de la guerre : on identifie celui qui a des idées différentes comme un ennemi de classe, contre lequel il faudrait se battre jusqu’à la victoire.

Ce grand thème de la lutte idéologique me fait quelque peu sourire étant donné que les liens théoriques de chacun, quand on les regarde dans leur histoire, sont plutôt confus et fluctuants et n’ont pas la netteté d’une frontière hors de laquelle on chasserait l’ennemi.

Cette lutte que l’on essaie de mener contre l’ennemi n’est-elle pas, au fond, une façon de donner un peu de sérieux à des petites disputes sans grande importance ? Les intellectuels n’espèrent-ils pas, par la lutte idéologique, se donner un poids politique supérieur à celui qu’ils ont en réalité ? Est-ce que le sérieux ne serait pas plutôt de faire des recherches les uns à côté des autres, un peu en divergence ? A force de dire « Je me bat contre un ennemi », le jour où l’on se retrouvera dans une situation de guerre réelle, ce qui peut toujours se produire, face à lui, est-ce qu’on ne va pas le traiter comme tel ?

Suivre cette route conduit tout droit à l’oppression : elle est dangereuse. Je vois bien qu’un intellectuel peut désirer être pris au sérieux par un parti ou dans une société, en mimant la guerre contre un adversaire idéologique. Mais cela me paraît dangereux. Il vaudrait mieux considérer que ceux avec lesquels on est en désaccord se sont trompés ou que l’on n’a soi-même pas compris ce qu’ils voulaient faire. »

.

Michel Foucault, Dits et Écrits, t. II, p.914. (extrait d’un entretien avec D. Trombadori)

 

Camus et Heidegger – Jean-François Mattéi 23 mai 2010

(more…)

 

Tocqueville et le despotisme démocratique 22 mai 2010

De la démocratie en Amérique, t.2, IV, ch. 6.

 

Schopenhauer et le pessimisme

Le Monde comme volonté et comme représentation, § 58.