Paresia

On ne peut voir qu'on ne voit pas ce qu'on ne voit pas..

La décroissance, un mythe dangereux ? (réponse à « Le pipeau écolo : 100% langue de Bois ») 8 mars 2010

« Performance environnementale », jamais entendu. « Développement durable » par contre effectivement c’est à la mode. Cette expression, reprise en coeur par journalistes et politiques représente bien à mes yeux la pilule écologiste (ou « verte ») qu’on essaye de nous faire avaler.

En gros caché sous l’emballage « durable » on veut nous vendre du « développement ». Le sens qu’on donne aux mots est important. Dans la tête d’un libéral « développement durable » raisonnera comme « capitalisme moral », tandis que dans la tête d’un anti-libéral cette expression évoquera plutôt « moralisation du capitalisme ». Le flou de cette expression, comme l’explique bien Marcel Deneux, « garanti son succès ». On peut lui faire dire à peu près ce que l’on veut, à condition d’accepter les présupposés de la nécessité d’un développement et d’une durabilité de ce développement.

Ces présupposés, sont refusés par certains, soupçonnant à juste titre d’avoir affaire à la fameuse « langue de bois » politicienne, qui, par définition, cache une absence d’engagement. On accuse donc légitimenent donc les politiciens promoteurs du « développement durable » de ne vouloir en réalité rien changer à la situation écologique et économique.

Cependant, même s’il est aisé de voir dans l’utilisation de cette expression une vulgaire stratégie politicienne, il me semble qu’on fait une erreur en rejetant d’emblée ses présupposés. Une erreur d’autant plus grande qu’elle ouvre la voie à ce que j’appellerai un « faux débat » démocratique, c’est à dire un débat qui détourne l’attention des citoyens des véritables questions politiques.

Le développement n’est pas nécessairement une notion économique. La vie est un développement, l’éducation, l’apprentissage, les sciences, les techniques.. Tout ce que fait l’homme à mon sens a besoin d’évolution, une évolution vitale mais qui mène inexorablement à la mort. Car tout est un jour obsolète, dépassé, et doit laisser sa place à d’autres formes de vies et de savoirs. En ce sens la vie n’est pas durable, et vouloir immortaliser un type particulier de développement ne peut mener qu’a sa perte. Mais de là à dire non à la vie..

La décroissance est à mes yeux une idéologie contemporaine, et ceux qui en font la promotion non seulement aident ceux qu’ils croient combattre, mais participent de plus au processus de crétinisation du public de ces débats idéologiques.

De très nombreux problèmes politiques et sociaux ne peuvent se passer de la notion de développement. Il suffit de considérer l’extraordinaire sous-développement de la plus grande partie du monde pour comprendre que la décroissance ne peut en aucun cas être la solution miracle pour sauver l’humanité. Le gros problème des discours sur la décroissance, à l’instar de celui de Serge Latouche, c’est qu’ils généralisent leur idéal, qui n’a pu naître que dans un environnement favorisé, c’est-à-dire sur-développé. Certains choses méritent d’êtres régulées, afin de ralentir leur croissance, et d’autres d’êtres détruites, et interdites. Mais jamais l’homme n’a eu besoin de régresser.

Moins consommer, moins polluer, s’attaquer au capitalisme ultra-libéral, tout ça n’a rien à voir avec la décroissance. Au contraire c’est une croissance, un développement réellement en harmonie avec la nature qui doit passer par des avancées concrètes au niveau législatif, administratif, social, économique, et finalement humain. Le vocabulaire de Serge Latouche est lui aussi empêtré dans ses contradictions : « travailler », « bricoler une post-modernité », ça serait pas une forme de
développement par hazard ?

De plus l’idéologie de la décroissance passe par des propositions aussi immorales que celles de l’idéologie néo-libérale, et souvent en accord avec elle. La volonté affichée de plus en plus ostensiblement de réduction de la population de la planète, alors qu’une politique économique vraiment respectueuse de la planète et de ses habitants pourrait permettre à tout le monde de vivre décemment, en est un exemple frappant. On préfère sacrifier une partie de l’humanité (évidemment plutôt des pauvres, qui font trop de gosses) plutôt que chercher à aider tout le monde.

Bon, « développement durable » contre « décroissance » c’est un faux-débat. Vous avez compris mon point de vue. Mais quel vrai débat cache-t-il donc ? Je n’ai pas la prétention d’apporter une réponse définitive à cette question. Plusieurs réponses sont possibles, mais à mes yeux la plus évidente est qu’il détourne l’attention de la gauche du marxisme, progressivement éclipsé de la scène politique ces dernières années, et particulièrement avec le succès des Verts. Il détourne également l’attention de la droite du nationalisme, relégué au rang d’idéologie d’extrême droite.  Or le marxisme comme le nationalisme sont des idéologies, mais également des traditions politiques qui ont historiquement tenté d’apporter des réponses aux problèmes que soulève l’écologie politique.

Publicités
 

One Response to “La décroissance, un mythe dangereux ? (réponse à « Le pipeau écolo : 100% langue de Bois »)”

  1. Mezigue Says:

    Ce point-de-vue, contrairement à l’article précédent, reflète un très large méconnaissance du concept de Décroissance tel que l’a développé Serge Latouche.

    J’en veux pour preuve qu’aucune citation n’est fait des très nombreux livres sur le sujet ni même d’un article*, pourtant célèbre de ce même Latouche qui répondait par avance aux pseudos arguments avancés ci-dessus contre l’idée de Décroissance.

    *http://www.monde-diplomatique.fr/2005/11/LATOUCHE/12900


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s